2017

Pré-dévoilement de la programmation internationale du Festival interculturel du conte de Montréal!

La 14ème édition du Festival interculturel du conte de Montréal, premier et plus important festival de contes au Québec, se déroulera du 20 au 29 octobre 2017! Plus de 65 événements seront présentés sur dix jours, offrant aux publics montréalais une programmation riche et variée qui témoigne des multiples facettes du conte aujourd’hui : contes traditionnels, récits de vie, mythes, légendes et créations contemporaines se côtoieront pendant dix jours de festivités. Voici un pré-dévoilement des six artistes internationaux qui seront avec nous en octobre!

Ladji Diallo (France/Mali)?

« Je suis né à Paris, rue Saint Maur, y ai vécu neuf ans, puis j’ai immigré en banlieue, laissant traîner derrière moi un tronc nu…À vingt et un ans, je ressens le besoin de nourrir mes racines, restées quelque part au Mali, le long du fleuve Niger, pour m’épanouir dans un pays qui est le mien, la France, sur une terre qui n’est pas la mienne. Cette quête d’identité me guide dans les profondeurs de l’Afrique, où l’art et le sacré sont intimement liés. L’Afrique se révèle peu à peu. Je m’en imprègne, j’en vis et j’en ris. Ma rencontre avec le grand Griot Sotigui Kouyaté, ses enfants Hassane et Dani, me propulse dans l’art de conter.
Aujourd’hui, voilà huit ans que je vis en pleine montagne, dans une belle vallée des Hautes-Pyrénées. La nature m’instruit d’une sagesse insondable. Les habitants, les animaux, les mythes et légendes, tant de riches rencontres qui me permettent, tout doucement, de m’ancrer dans cette terre pyrénéenne. Ma parole est façonnée par ces diversités culturelles qui donnent à mon travail une dimension universelle. »

Jean-Jacques Fdida (France/Tunisie)?

Jean-Jacques Fdida a grandi à Paris dans le quartier de Belleville, au carrefour de différentes langues, couleurs, et traditions du monde. Depuis, son goût des différences et des mélanges n’a jamais cessé de nourrir son travail de création. Auteur, musicien, conteur et metteur en scène depuis une vingtaine d’années, son écriture se partage entre œuvres dramatiques et recueils de contes. Il dirige la collection Contes du Temps d’avant Perrault chez Didier Jeunesse et publie régulièrement dans la collection Contes des sages aux éditions du Seuil. Sa thèse de doctorat sur le conte, La femme et les garçons, a paru aux éditions Silène.

Jeanne Ferron (France)?

« Je suis à la recherche du rire dans les contes. Loin de moi l’idée de tourner en dérision la beauté des contes. Il s’y déroule parfois des horreurs dans ces contes, mais les fées sauvent l’enfant en perdition. En cherchant à rire de tout cela, je ne me moque pas des fées, je ne me moque pas de l’horreur, je ne me moque pas des enfants, je me moque un peu de moi-même et surtout, je crois en la force du rire. Le rire est pour moi une source de courage et de guérison. Il y a des ogres, des ogresses, des sorcières, des diables, mais un petit rire peut réussir à percer les murailles de la prison. Le rire est une petite fée personnelle. J’ajoute aussi que les contes étant comme des géants, je les apprivoise à ma façon, avec mon rire. Mon rêvec’est de partager ce rire avec le public. »

Alberto Garcia Sanchez (Belgique/Espagne)?

Né à Barcelone et résident belge, Alberto García Sánchez est conteur, comédien, metteur en scène et auteur. Alberto entre dans le monde du conte en réalisant la mise en scène des spectacles de la conteuse Michèle Nguyen, dont Vy, gagnant d’un Molière en 2011. Il entre en scène à son tour comme conteur avec « Johan Padan à la découverte des Amériques » et « Mistero Buffo » de Dario Fo. En 2014 il écrit et présente le spectacle « Machintruc ». Artiste engagé, il pose un regard lucide sur les questions d’actualité avec tendresse, lyrisme, et un humour décapant, le tout dans une approche incarnée proche de la Commedia de l’Arte. Il présentera à Montréal en grande première sa toute nouvelle création, Elle et mon genre, qui propose une série de contes qui parlent de la réalité que subissent les femmes dans notre société.

Chirine El Ansary (Égypte)?

Née en Égypte, Chirine El Ansary passe une partie de son enfance en France, sans oublier pour autant son héritage arabe. Elle aime raconter des histoires et elle va donc en faire son métier. Après deux ans à l’Ecole internationale de Théâtre Jacques Lecoq de Paris et des cours de danse, elle commence en 1996 sa carrière de conteuse, en Égypte. Elle imprime à son récit le regard d’une femme, ballottée dès l’enfance, d’une culture à une autre, d’un monde à un autre. Chirine El Ansary avoue être influencée par la façon dont les femmes racontent des histoires entre elles ou aux enfants, dans l’intimité de leurs maisons. C’est cette ambiance intime et privée qu’elle désire transmettre au public en l’entraînant vers des voyages imaginaires, magiques et romantiques et en faisant revivre en lui son âme enfantine. Ce qui est important pour Chirine, c’est la liberté. Pendant la représentation, elle se sent complètement libre, elle est l’histoire qu’elle raconte. Et elle sait bien transmettre cette passion à son public qui, quand elle a fini, demeure ébloui.

TUUP (Guyana)?

Born to Guyanese parents and raised in Acton, West London, Godfrey Duncan – TUUP (The Unorthodox, Unprecedented Preacher) – has been a professional storyteller since 1981, when he joined Ben Haggarty to form the West London Storytelling Unit. Truly an elder of the storytelling revival in Britain, his style is one of total improvisation, unbounded charisma and alarming spontaneity. His fabulous capacity for mimicry and ear for a wild story is outstanding. TUUP has travelled the world extensively, telling stories all over Europe and in both Northern and Southern Africa. In his role as a creative lyricist, poet, percussionist and vocalist with the highly influential dance music collective, Transglobal Underground, he has performed throughout Europe, Central Asia, Asia and North and South America.

Ivan Coyote (Yukon)?

Ivan Coyote is the author of eleven books, the creator of four short films, six full-length live shows, and three albums that combine storytelling with music. Ivan is a seasoned stage performer and long-time road dog, and over the last two decades has become an audience favourite at storytelling, writer’s, film, poetry, and folk music festivals from Anchorage to Amsterdam and Australia. The Globe and Mail newspaper called Coyote « a natural-born storyteller » and the Ottawa Xpress once said that « Coyote is to Canadian literature what kd lang is to country music: a beautifully odd fixture. »
Ivan often grapples with the complex and intensely personal issues of gender identity in their work, as well as topics such as family, class, social justice and queer liberation, but always with a generous heart, a quick wit, and the nuanced and finely-honed timing of a gifted raconteur. Ivan’s stories remind of us of our own fallible and imperfect humanity while at the same time inspiring us to change the world.

Crédit photo : JTymkow

Chirine El Ansary (Égypte)?

Widely-recognized as a storyteller who touches her audiences deeply, Jan has appeared on stages across Canada, in Australia, the U.K., Italy and the U.S. Some years back she and her life partner, Jennifer Cayley, created a piece about their struggles to learn to live together. This took them to Midsumma, the world’s largest Queer Arts Festival in Melbourne. Written in the Body–the show Jan is bringing to the Festival–builds on that, furthering her exploration of issues of gender identity that have contrived to shape her life. Jan has told everything from folktales to literary stories to epic and co-directed and performed in day-long tellings of the Iliad and the Odyssey. Appointed to the Order of Canada in 2016, Jan is also the author of classic books for young people. One of a rare breed of older lesbians working as performance artists, her future plans involve adding a second act to Written in the Body so watch out! www.janandrews.ca

Classes de maître

Deux classes de maître seront offertes pendant le Festival interculturel du conte de Montréal. La classe de maître se différencie du stage en ce qu’elle a lieu en une journée seulement, avec huit participants maximum. Après des exercices d’échauffement et une mise en contexte, chaque participant pourra travailler avec l’artiste-formateur pendant un minimum de trente minutes, sous le regard des autres participants. Chacun apprend du travail des autres, et chacun est garanti un temps de travail avec l’artiste-formateur.

Le 21 octobre : classe de maître avec Alberto Garcia Sanchez

Le 28 octobre : classe de maître avec Chirine El Ansary

Le coût de chaque classe de maître s’élève à 90$ plus taxes pour une formation de sept heures avec un maximum de 8 personnes, soit 103.47$. Un rabais de 10% sera offert aux membres du Regroupement du conte au Québec s’ils s’inscrivent avant le 8 septembre, 2017. Le règlement total des frais d’inscription par chèque servira de confirmation d’inscription. Le lieu de la formation reste à déterminer mais sera dans un lieu relativement central à Montréal.
Pour information et inscription : info@festival-conte.qc.ca

Places limitées, faites vite!