Home / Édito

Édito

stephanie4044VLe Festival interculturel du conte du Québec fait partie de mon paysage depuis les débuts de ma vie de conteuse. Quand j’étais jeune conteuse, j’ai assisté à un spectacle de Dan Yashinsky à la Maison de la culture Notre-Dame-de-Grâce. Un spectacle coup de cœur que je n’oublierai jamais, tout comme on n’oublie jamais son premier baiser. C’est comme ça que j’ai découvert le Festival. C’était en 1997.

Dans les années qui ont suivi, j’ai participé au Festival à titre de conteuse. En 2007, je suis devenue directrice artistique du volet anglophone. Le Festival m’a permis d’entendre de grands conteurs qui ont inspiré mon travail et qui m’ont montré ce que pouvait être le conte à son meilleur : Patrick Ewen, Catherine Gaillard, Jihad Darwiche et Michèle Nguyen forment une véritable constellation dans ma cosmologie, et c’est grâce au Festival que j’ai pu les voir.

Le Festival a été pour moi un creuset dans lequel s’est forgée ma vie de conteuse. Lieu de découvertes, de rencontres, d’échanges d’idées… Lieu de joie aussi, et d’affirmation du sens, de l’importance et de la beauté de mon art.

Ainsi, lorsque son fondateur, Marc Laberge, m’a proposé de prendre la relève, j’avoue que j’étais réticente. Serais-je à la hauteur ? Pourrais-je marcher dans les pas de ce géant ? Une nuit de printemps, j’ai fait le saut et j’ai dit oui.

L’édition 2015 du Festival s’inscrit dans la tradition qu’a instaurée Marc Laberge en présentant encore une fois les incontournables : La Grande Nuit du conte, le Marathon du conte, les soirées thématiques, les joyeuses fins de soirée au Barbare et les spectacles jeunesse et famille. Quelques nouveautés se faufilent parmi les traditions : le volet anglophone – cher à mon cœur –revient en force car, après tout, l’interculturalisme commence chez soi ! Un nouveau volet, intitulé Audacieux et Allumés, mettra en vedette des propositions contemporaines, décloisonnées, déjantées, hybrides; le volet Femmes d’ici, femmes du monde présente cinq spectacles différents qui portent la parole de quatre femmes et… d’un homme! Enfin, Contes au musée marque un nouveau partenariat avec six musées du Québec.

Nous recevons cette année des conteurs d’envergure. Ainsi, se joindront aux conteurs québécois des artistes d’origines diverses, de la Côte d’Ivoire à la Bretagne, en passant par le Liban, le Vietnam et la Belgique, sans oublier les Premiers Peuples et des conteurs du Canada anglais. Le conte contemporain côtoiera le conte traditionnel, les artistes de la relève prendront place aux côtés de conteurs chevronnés.

Le Festival interculturel du conte du Québec est une fête de la parole, un joyeux métissage de peuples et d’imaginaires, une grande rencontre qui témoigne du fait que peu d’expériences sont plus puissantes que celle d’écouter, ensemble, une voix humaine qui raconte des histoires pour jeter de la lumière dans la noirceur.

Bon festival !

Stéphanie Bénéteau
Directrice