Formations

Samedi le 21 octobre, 9h30 à 17h : Le mouvement et le geste comme prolongation de la parole

Pavillon Judith-Jasmin, UQAM. En collaboration avec l’École Supérieure de Théâtre de l’UQAM.
Tarif : 90$ plus taxes. Rabais de 10% pour les membres en règle du RCQ qui s’inscrivent avant le 14 septembre. Maximum de huit participants.

Description de la formation
Pendant le stage les aspects suivants seront traités :

  • La mise en espace du conte.
    Lorsque nous racontons une histoire nous sommes dans un espace “réel” (un théâtre, une salle de fêtes, un café, etc.). Mais, à ces premiers mots : “ Il était une fois dans le désert de Gobi…” nous invitons les spectateurs à quitter l’espace réel pour en créer un nouveau. Pour cela nous devons “traiter”, “travailler” la scène.
  • L’émotion véhiculée par le mouvement.
    On pense souvent que c’est en cherchant le sentiment de tristesse, qu’on finit par marcher d’une manière triste. On cherche l’émotion et puis on attend que cette émotion modèle notre corps et nos mouvements.
    Ce peut être une bonne manière de faire, mais il est possible d’inverser la formule. En Commençant par bouger comme la tristesse de manière à ce que ce soient les mouvements qui évoquent le sentiment de tristesse.
  • La structure du dialogue.
    Il arrive qu’à certains moments du récit, on soit amené à jouer plusieurs personnages. Au début le public suit le dialogue mais il peut arriver un moment où il se perd : Qui parle ?
    Comment faire alors ? Changer la voix de chaque personnage pour aider les spectateurs à les distinguer ? Changer la position de notre corps pour chaque personnage ? Le plus souvent, il suffit de bien organiser le mouvement.
  • Le rapport entre la parole, le geste et le silence.
    Le geste ne doit pas dire ce que disent les mots, il n’est pas l’expression visuelle d’un récit. Le geste est un complément de la parole et du silence.
    « Bougez comme un curé et après quelques minutes vous commencerez à croire en dieu »
  • L’analyse du mouvement
    Si il est important de “faire” des exercices, un point très important du stage est consacré à cultiver l’art de “regarder” les exercices.
    Dans ce stage des exercices individuels et collectifs sont réalisés.

Bio du formateur Alberto Garcia Sanchez
Le parcours d’Alberto García commence à Barcelone sous l’influence du théâtre catalan après la chute de la dictature franquiste. Engagé dans la vie sociale et politique, il participe à de nombreux festivals internationaux de théâtre en Espagne et en Amérique latine. Il crée des activités culturelles dans les prisons, dans les écoles, dans le cadre du mouvement citoyen de sa ville et s’engage comme comédien-brigadiste dans la révolution sandiniste au Nicaragua.

En 1991, il quitte Barcelone pour suivre la formation de l’Ecole Internationale de Théâtre Lassaad à Bruxelles. Il apprend à connaître et à maîtriser les différents genres de théâtre en participant à des spectacles créés par des compagnies belges tels que la compagnie de la Sonnette, Dolle Maandag et la compagnie Lassaad, il aborde ainsi la tragédie grecque, la Comédia dell’Arte, le bouffon, le clown, le conte et le mélodrame. En parallèle, il anime des ateliers de formations dans le milieu pénitencier belge. Fruit de cet engagement naquit en lui l’idée de jouer les spectacles de Dario Fo Johan Padan à la découverte des Amériques et Mistero Buffo, qu’il joue en solo en Europe, en Amérique et en Afrique.

Entretemps, il rejoint la compagnie « Ensemble Materialtheater » basée à Stuttgart (Allemagne) dont les spectacles font le tour du monde. Timidement, il fait ses premiers pas dans la mise en scène avec la conteuse Michèle Nguyen et avec la compagnie belge « Le Chien Qui Tousse ». Plus tard, l’ « Ensemble Materialtheater » lui confie la mise en scène de plusieurs de ses spectacles, et bientôt, il est sollicité pour diriger des compagnies de théâtre en Suisse, en France, en Belgique et au Québec. Le Festival Fidena-RuhrTriennale lui confie la mise en scène de la coproduction franco-allemande-congolaise Le Cadeau.

Alberto García s’intéresse beaucoup à l’art du conte. Le théâtre contemporain lui semble se perdre dans les artifices, le conte, lui, est par définition un art dépourvu d’artefacts. Séduit par cette simplicité, il développe une pédagogie destinée aux conteurs et anime des stages de formation en Europe et au Québec. Il accompagne et met en scène les spectacles de Michèle Nguyen (Molière du meilleur spectacle jeune public 2011), et d’autres conteurs et conteuses comme Nadine Walsh (Québec), Ladji Diallo (France), Cécile Delhommeau (France), Stéphanie Beneteau (Québec), Mélancolie Motte (Belgique) et Patrick Mohr (Suisse).

Pour information et inscriptions : info@festival-conte.qc.ca

Samedi le 28 octobre, 9h30 à 17h : Prendre possession de sa propre parole par le jeu

Pavillon Judith-Jasmin, UQAM. En collaboration avec l’École Supérieure de Théâtre de l’UQAM
Tarif : 90$ plus taxes. Rabais de 10% pour les membres en règle du RCQ qui s’inscrivent avant le 13 septembre. Maximum de huit participants.

Description du stage:
Tout d’abord, on prend conscience de son corps : on l’échauffe, on le travaille avec délicatesse, on le malaxe avec attention et douceur. Pas de hiérarchie entre les différentes parties. Le corps, il faut le travailler de l’ongle de l’orteil à la pointe du cheveu. Ce n’est pas un travail exténuant et compétitif où chacun essaie de se montrer, de montrer ce qu’il sait faire ; c’est un réveil de toutes les cellules, des retrouvailles avec l’instrument qui porte la voix, cette voix qui transmet la parole.

Une fois le corps mis en alerte, on introduit la voix, on la libère de sa cage, on lui permet d’accompagner le corps. Ensuite on prend possession de l’espace, on essaie de se l’approprier, de l’habiter entièrement. Même l’espace le plus ingrat peut être apprivoisé, utilisé de différentes manières, se dissoudre et laisser place au monde de l’histoire.

L’histoire, on apprend à l’habiller de notre unicité. De quelle couleur est ce mot ? Quelle est sa forme? D’où s’échappe ce mot-là ? Dans quelle direction se dirige celui-ci ? À quel endroit de l’espace va-t-il s’installer ?

Si je change de mot pour dire la même chose, est-ce que je dis toujours la même chose ? Si je change d’angle pour raconter mon histoire, est-ce toujours la même histoire?

Un travail pour prendre possession de sa propre parole par le jeu.

Il est nécessaire de venir vêtu confortablement. Il est possible d’arriver avec en tête une histoire, un poème ou une chanson.

Bio de la formatrice Chirine El Ansary
Née en Égypte en 1971, Chirine El Ansary passe une partie de son enfance en France, sans oublier pour autant son héritage arabe. Elle aime raconter des histoires et elle va donc en faire son métier. Après deux ans à l’École internationale de Théâtre Jacques Lecoq de Paris et des cours de danse, elle commence en 1996 sa carrière de conteuse, en Égypte. Au programme, les Mille et une Nuits. Mais Chirine se rend compte très vite que ces histoires ne se racontent pas telles quelles. Elle s’attelle alors à la réécriture de cycles entiers des Mille et une Nuits, s’inspirant de la vie cairote, de ses souvenirs d’enfance et de ses voyages à travers l’Égypte : désert Libyque, Sinaï, les villages du Delta et de la Haute-Égypte tout en tentant d’en conserver l’esprit subversif, loin des clichés colportés par les fantasmes orientalistes. Elle imprime à son récit le regard d’une femme, ballottée dès l’enfance, d’une culture à une autre, d’un monde à un autre.

Chirine El Ansary avoue être influencée par la façon dont les femmes racontent des histoires entre elles ou aux enfants, dans l’intimité de leurs maisons. C’est cette ambiance intime et privée qu’elle désire transmettre au public en l’entraînant vers des voyages imaginaires, magiques et romantiques et en faisant revivre en lui son âme enfantine. Ce qui est important pour Chirine, c’est la liberté. Pendant la représentation, elle se sent complètement libre, elle est l’histoire qu’elle raconte. Et elle sait bien transmettre cette passion à son public qui, quand elle a fini, demeure ébloui.

Pour information et inscriptions : info@festival-conte.qc.ca

Saturday October 28, 10 AM to 1 PM: TALKING THE TALK

Location to be determined
50$ plus tax, maximum of 12 participants

Description of workshop
Join Ivan in this workshop designed to help you transform your nervous energy into a memorable reading or story. Workshop will include tips on selecting material, preparing yourself and your work for performance, memorization (or not), and how to make your body language work for you. Bring a pen, paper, questions, and a 3 minute selection of your work to be staged. There will be a short performance and feedback session, time permitting.

Bio of Ivan Coyote:
Ivan Coyote is the author of eleven books, the creator of four short films, six full-length live shows, and three albums that combine storytelling with music. Ivan is a seasoned stage performer and long-time road dog, and over the last two decades has become an audience favourite at storytelling, writer’s, film, poetry, and folk music festivals from Anchorage to Amsterdam and Australia.

The Globe and Mail newspaper called Coyote « a natural-born storyteller » and the Ottawa Xpress once said that « Coyote is to Canadian literature what kd lang is to country music: a beautifully odd fixture. »

Ivan often grapples with the complex and intensely personal issues of gender identity in their work, as well as topics such as family, class, social justice and queer liberation, but always with a generous heart, a quick wit, and the nuanced and finely-honed timing of a gifted raconteur. Ivan’s stories remind of us of our own fallible and imperfect humanity while at the same time inspiring us to change the world.

Ivan’s 11th book, Tomboy Survival Guide, was released in the fall of 2016 with Arsenal Pulp Press. Tomboy Survival Guide was named an American Library Association Stonewall Honour Book in 2016, and this fall Ivan will be given an Honorary Doctorate of Laws at Simon Fraser University for their writing and activism.

Information and registration: info@festival-conte.qc.ca • 514 439 7939